Category: Formation

Nous voilà à la fin de cette formation ! Et pour la dernière partie nous allons voir comment enregistrer un fichier sur le logiciel, qui est aussi la dernière étape sur Photoshop !

Il y a plusieurs méthodes : 

ApplicationFrameHost_2017-02-07_09-59-33

Fichier > enregistrer sous…
Exportation> Exporter sous…
Personnellement j’utilise « enregistrer sous… » c’est beaucoup plus facile à utiliser. Je me concentrerai donc uniquement sur ce moyen d’enregistrement.

ApplicationFrameHost_2017-02-07_09-59-33

On peut observer que Photoshop nous propose de multiples formats. Cependant nous allons nous intéresser aux formats essentiels. Pour être franc, je ne connais pas tous les formats mais cela ne m’a jamais handicapé.

Du coup, nous allons voir les formats : PSD ; BMP ; JPEG, PDF, PIXAR, PNG, TIFF.

PSD :Le format PSD est le format type de photshop, ainsi quand on ouvrira le dossier on retrouvera les calques anciennement créé. On gardera toutes les données graphiques.
BMP : Le format BMP est le format standard de Windows, qui est très répandu, c’est un fichier bitmap ( c’est-à-dire qu’il enregistre les pixels sous forme de tableau, ce qui donne un bon résultat).

JPEG : C’est un format très répandu, il est utilisé pour l’enregistrement photo, il préserve les couleurs (données chromatiques), mais compresse le fichier et perd un peu de sa qualité.
PDF : Je pense que tout le monde connait le format PDF. Je rappelle quand même ce que c’est : ce format peut être ouvert sur toutes les plates formes et la qualité est très bonne avec de bons détails. Il ne peut être modifié.(vectoriel / Bitmap)
PIXAR : Pixar est destiné aux ordinateurs Pixar tout simplement, qui sont assez haut de gamme.
PNG : Il permet de faire la compression du fichier sans perte de qualité. Je le recommande pour tout ce qui autre que photos.
TIFF : Le format TIFF permet un échange facile entre chaque plateforme. Le scanner enregistre beaucoup en TIFF par exemple.

Format Pdf : 8. L’enregistrement

La différence est assez facile mais il faut le savoir !
Le CMJN est destiné uniquement à l’imprimerie, qui regroupe les couleurs : Cyan, Magenta, Jaune, Noir
Le RVB est souvent le modèle standard de Photoshop qui regroupe les couleurs : Rouge, Vert, Bleu

Vous avez maintenant fini votre formation félicitations ! Si vous souhaitez maintenant maîtriser Photoshop, il va falloir faire des tutoriels. Je vous invite dès à présent à vous diriger dans la rubrique tutoriels.

On pense souvent que Photoshop est exclusivement réservé aux images/photos. Cependant ce logiciel est encore plus puissant que ce que l’on pense. Eh bien oui, comme vous avez dû le deviner avec le titre Photoshop peut faire du montage vidéo !
Bien-sûr l’outil de montage est assez limité ! Mais ne vous méprenez pas il y a les principaux éléments de montage. Alors allons voir ça !

Pour trouver cet outil montage : Menu> Fenêtre> Montage
*Vous pouvez aussi le retrouverez (peut -être) par défaut en bas de votre plan de travail

ApplicationFrameHost_2017-02-07_08-52-27

Je vous conseille d’ailleurs de glisser cet outil en bas du plan de travail c’est plus pratique pour le montage par la suite, et voilà le menu du montage vidéo :

ApplicationFrameHost_2017-02-07_08-52-40

L’outil peut importer des vidéos et des pistes audio. Pour cela, rien de plus simple, il suffit d’importer la vidéo avec les « + » placés à l’extrémité droite des pistes (audio/ vidéo).

ShareX_2017-02-07_08-52-52

Pour les pistes vidéos : 

ApplicationFrameHost_2017-02-07_08-53-36

Le ciseau représente l’outil pour couper en deux une piste, pour cela il faut placer le curseur sur la piste au moment où vous souhaitez la couper, puis vous n’avez plus qu’à appuyer sur le ciseau. Ainsi, la piste se séparera en deux.

ApplicationFrameHost_2017-02-07_08-53-49

A côté du ciseau, il y a l’outil transition permettant d’optimiser un changement de piste. Autrement dit, au lieu d’avoir un changement d’image entre les deux pistes, on peut avoir une transition plus esthétique avec plusieurs possibilités :

ApplicationFrameHost_2017-02-07_08-54-04

1 : C’est le style de fondu que l’on peut utiliser.
2 : C’est la durée de la transition

Vous pouvez aussi choisir le mouvement de la piste vidéo en faisant clic droit sur la piste.

ApplicationFrameHost_2017-02-07_08-54-17

Pour les pistes Audio :

ApplicationFrameHost_2017-02-07_08-54-26

Avec un clic droit sur la piste audio vous pourrez modifier le volume. Ainsi que le fondu d‘ouverture (début) et le fondu de sortie (fin).

Le ciseau est aussi un outil pour la piste audio avec le même principe ainsi que le même fonctionnement.

On peut alors personnaliser sa vidéo avec ces paramètres : Transformation, Opacité, Style Déformation.

ApplicationFrameHost_2017-02-07_08-54-59
ApplicationFrameHost_2017-02-07_08-54-41

Pour les manipulations sur les vidéos, il faut aller dans les paramètres (qui ressemblent à un menu Première pro ou After Effect). Pour afficher ce menu cliquez sur la petite flèche à côté du nom de la piste vidéo.

Pour vous montrer un exemple nous allons utiliser le paramètre opacité. Petit rappel : l’opacité permet de baisser la transparence d’un calque.

ApplicationFrameHost_2017-02-07_08-55-13
ApplicationFrameHost_2017-02-07_08-55-19

Nous allons placer un premier point avec un texte d’une opacité de 100%. Le point j’aune en occurrence est le point d’enregistrement du % d’opacité autrement dis 100%. Pour placer ce point il suffit d’appuyer sur le petit symbole à cotés du nom « opacité ».
Ensuite nous allons placer un deuxième point en déplaçant le curseur un peu plus loin sur la piste avec une opacité de 0% que l’on modifiera. Un autre point est alors survenu car le logiciel enregistre une autre donné d’opacité. Et voila le résultat :

2017-02-07_08-55-58
ApplicationFrameHost_2017-02-07_08-55-44

Du coup nous avons un premier point pour une opacité de 100% Et un autre avec une opacité de 0%.

Ainsi la vidéo va afficher un texte qui disparaît au fil du temps.

Pour enregistrer une vidéo sur Photoshop :
Fichier> exportation > Rendu vidéo…

Vous n’avez plus qu’à choisir un fichier d’enregistrement ainsi que le format de vidéo que vous souhaitez !

Format Pdf: 7.Vidéo sur photoshop!
Pour finir cette formation je vous invite sur la page suivante afin de comprendre les formats et les méthodes d’enregistrement sur Photoshop!

La plume est l’outils le plus indispensable pour créer. Vous pouvez tout dessiner avec la plume c’est l’outil le plus maniable et le plus précis. Cette formation vous permettra de maîtriser cet outil qui n’est pas si facile , il va falloir de l’entrainement!

Plusieurs outils sont complémentaires à la plume, nous les verrons par la suite. Mais concentrons-nous d’abord sur la plume et son utilisation.

Commençons par un tracé simple :

WINWORD_2017-02-06_23-36-01

Il suffit simplement de faire un clic gauche. Pour l’instant rien de bien difficile !

Pour fermer un tracé il suffit simplement d’aller sur le premier point, Une bulle à côté de la souris s’affichera. Il ne reste plus qu’à cliquer sur le point et voilà vous avez fermé votre tracé !

*Pour laisser ouvert un tracé il suffit simplement de faire ctrl et cliquer ( clic gauche) n’importe ou .

Tracer une ligne courbée :

Nous entamons une phase plus difficile

WINWORD_2017-02-06_23-36-30

C’est le même processus que le premier tracé sauf qu’il faut prolonger la tangente du tracé à chaque point. Autrement dit à chaque point d’ancrage restez appuyé sur votre souris (clique+ gauche), une tangente va donc se former. Elle va donner l’orientation du tracé jusqu’à son point d’ancrage.

Comprendre le fonctionnement de la tangente :

La tangente est la ligne qui apparaît lorsque vous créer un point d’ancrage. Elle permet d’orienter votre tracé et votre prochain tracé.

On va prendre un exemple pour que ça soit plus facile !

WINWORD_2017-02-06_23-36-44

On peut observer que la courbe ne s’est pas continuer comme un prolongement après le point d’ancrage étant donné que l’on a supprimé la tangente. Autrement dit la tangente oriente le prolongement de notre prochain tracé.

WINWORD_2017-02-06_23-37-04

Pour supprimer la tangente, il suffit simplement d’appuyer sur alt + cliquer sur le point d’ancrage.

WINWORD_2017-02-06_23-37-18

Pour modifier la tangente qui orientera le prochain tracé appuyer sur alt + cliquez sur le point de la tangente.

WINWORD_2017-02-06_23-37-28

Vous pouvez aussi modifier la tangente pour qu’elle soit verticale, horizontale et à 90°. Pour cela c’est la même méthode qu’au-dessus, cependant il faut laisser la touche Maj enfoncée.

Maintenant que nous savons tracer à la plume nous allons nous intéresser aux options que l’on peut rajouter sur ces tracés.
Contour du tracé :
Tout d’abord la plume peut être un simple tracé. Il peut être ensuite recouvert par l’outil pinceau par exemple :
Tracez votre tracé, puis clic droit sur le tracé avec l’outil plume, et appuyez sur « contour du tracé »

WINWORD_2017-02-06_23-37-40

La plume peut avoir plusieurs contours comme vous pouvez le constater, mais nous allons prendre la plume comme exemple. (choisissez le type de pinceau et la couleur avant d’appliquer le contour du tracé).

WINWORD_2017-02-06_23-37-51

Un Tracé qui devient forme
La plume peut être assimilée à l’outil plume : il suffit simplement de changer le tracé en forme

WINWORD_2017-02-06_23-38-07

C’est assez pratique pour mettre des couleurs ou contours sur ces tracés !
Une solution pour une sélection très précise

WINWORD_2017-02-06_23-38-15

Il suffit de faire le contour d’un objet et de cliquer ensuite sur « sélection… » .

WINWORD_2017-02-06_23-38-29

Modification du tracé
La plume est très maniable, et des options nous permettent d’ajouter ou supprimer des points d’ancrage.

Prenons un exemple :

ApplicationFrameHost_2017-02-07_08-36-39
WINWORD_2017-02-06_23-39-04
WINWORD_2017-02-06_23-39-16
WINWORD_2017-02-06_23-39-50
WINWORD_2017-02-06_23-39-35

Pour pouvoir bien maîtriser la plume il faut de l’entrainement ! pour cela je vous recommande un petit site qui est parfait pour s’entrainer : http://bezier.method.ac/
C’est le mexicain Mark MacKay qui a créé ce petit jeu de la plume. Il développe régulièrement des petits jeux en ligne pour découvrir des concepts graphiques ou s’initier à des outils de création.

Dans cette formation nous allons découvrir les principaux outils qui seront utilisés pour de la retouche photo.
La retouche photo semble être réservée seulement aux professionnels. Cependant avec quelques connaissances sur certains outils vous pourrez avoir un résultat plus que satisfaisant !
Plus de bla bla .. commençons les choses sérieuses !

L’outil Camera Raw est très puissant il permet de modifier les couleurs, leurs intensités, la tonalité… En bref il permet de modifier la photo entièrement. C’est en quelque sort un filtre que l’on créé soi-même.

Pour pouvoir accéder à ces réglages : Menu >Filtre >Filtre Camera Raw (ou Maj+Ctrl+A)

WINWORD_2017-02-06_13-05-57

Zone 1

WINWORD_2017-02-06_13-06-31

Ce sont les outils, Nous pouvons remarquer qu’il y a des similitudes avec les outils du menu de Photoshop comme : la loupe, la main, la pipette le pinceau.

La pipette est dans ce cas là assez différente. Elle permet de connaitre la référence RVB ( Rouge/ Vert/ Bleu) de la couleur que l’on aura sélectionnée.

WINWORD_2017-02-06_13-06-50
WINWORD_2017-02-06_13-07-01

L’outil pinceau sert à appliquer les réglages choisis sur la partie qui sera appliquée avec le pinceau.

Par exemple, j’ai passé mon pinceau sur ses yeux avec une température de -67 pour que ses yeux soient plus bleus.

Pour les outils suivant j’essayerai de vous faire une description assez grossière pour que vous compreniez suffisamment. Je suis pas non plus un photographe professionnel, je ne pourrai donc pas aller dans les détails.

Il permet de faire des réglages de teinte, saturation et luminance sur une couleur que l’on aura ciblée sur la photo. Après avoir appuyé sur la couleur, vous n’avez plus qu’à bouger le curseur de votre souris ( en restant appuyé) de gauche à droite ( ou de haut en bas) pour varier la couleur.

Il permet de déformer la photo comme bon vous semble avec ces réglages mis à disposition :

Ainsi, il faut seulement bouger les curseurs pour définir votre photo.

WINWORD_2017-02-06_13-08-16

Par exemple une rotation de – 10° donne ce résultat

WINWORD_2017-02-06_13-08-30

Il permet comme son l’indique de supprimer des défauts comme les boutons sur le visage par exemple. Il suffit simplement de cliquer sur les défauts

Outil yeux rouge

Il permet comme son l’indique de supprimer les yeux rouges, maintenant les appareils photos n’ont plus souvent ce défaut mais cela est toujours utile pour des vieilles photos ! Il suffit de sélectionner les yeux avec l’outil et il analyse le rouge des yeux. Il ne reste plus qu’à obscurcir.

WINWORD_2017-02-06_19-41-18

Filtre gradué

C’est un peu dans le même principe que le pinceau sauf que cette fois ci c’est en dégradé que l’on applique le filtre paramétré.

WINWORD_2017-02-06_19-41-30
WINWORD_2017-02-06_19-41-59

Filtre Radial

Il permet de créer une zone « radiale » qui n’est pas affectée par le filtre.

Par exemple, j’ai entouré la tête de la fillette pour qu’elle n’ai pas le filtre bleu sur son visage

Zone 2 & 3

Ce sont les zones de réglages, personnellement j’utilise les réglages de base et aussi les réglages de gris. Je n’expliquerai pas en détails tous ces réglages car je ne suis pas assez expérimenté pour tous les expliquer mais essayez de les utiliser ! Je procède toujours par tâtonnement pour voir ce qui arrange le mieux ma photo !

Si vous souhaitez absolument connaitre ces réglages dans les détails je vous recommande le site d’adobe : https://helpx.adobe.com/fr/creative-suite/using/make-local-adjustments-camera-raw.html

Même si Photoshop est un logiciel très puissant il a ses limites notamment pour la Camera Raw. Je vous conseille donc pour un résultat plus intéressant de vous diriger sur le logiciel : Adobe Lightroom

Dans cette rubrique je vous présenterai les filtres les plus importants et les plus utilisés.

Galerie de filtre

Bien-sûr, il y a aussi des filtres prédéfinis sur Photoshop, ils sont présents dans la galerie des filtres :

WINWORD_2017-02-06_19-42-19

Ils sont classés en plusieurs dossiers comme vous pouvez le voir : Artistique, Contours, Déformation, Esquisse, Esthétiques, Textures.  Je ne vais pas m’attarder plus que ça sur ces filtres, ils sont assez bien définis et permettent un résultat sans grand effort.

Les filtres de déformation

Fluidité…

La fluidité est très utilisée pour la retouche photo. Pour rajouter un peu de forme ou la diminuer. C’est aussi assez marrant à utiliser ! Si vous voulez faire des caricatures de vos amis c’est l’outil qu’il vous faut !

Voici les modifications que l’on peut faire en prenant comme exemple ce visage :

WINWORD_2017-02-06_19-42-38
Effet_de_Desintegration_facial_avec_Photoshop
WINWORD_2017-02-06_19-43-26
WINWORD_2017-02-06_19-43-40
WINWORD_2017-02-06_19-44-17
WINWORD_2017-02-06_19-44-38

Le premier permet de créer une zone de « protection » autrement dit la zone (qui sera en rouge) dessinée ne sera pas impactée par la déformation effectuée par la suite.

Le deuxième nous sert à effacer la zone de « protection ».

WINWORD_2017-02-06_19-44-51
WINWORD_2017-02-06_19-45-13

Le premier permet d’effacer l’effet que l’on a effectué sur la photo, une sorte de gomme pour l’effet.

Le deuxième permet d’adoucir l’effet pour que le résultat soit plus réel. Personnellement je ne le trouve pas très efficace.

« Point de fuite... »

C’est un outil très important lorsque qu’il y a une perspective à effectuer. Exemple nous voulons mettre un tag sur un mur :

WINWORD_2017-02-06_19-45-35
WINWORD_2017-02-06_19-45-57

Pour ce faire, il suffit d’ouvrir l’image du mur, et d’importer le tag. Ensuite, il faut couper le tag (ctrl+x), puis vous entrez dans le menu point de fuite vous tracez votre base sur laquelle le tag doit être poser autrement dit le mur avec l’outil création de plan :

WINWORD_2017-02-06_19-46-13
image

Pour finir, collez le tag sur le plan et faite le glisser sur la zone grillagée bleue, ce qui vous donnera le résultat donné au-dessus.

Les autres...

Refait

Ce sont les autres filtres que l’on peut rajouter, pour ma part j’utilise très souvent déformation et flou (gaussien). Je ne développerai pas ces filtres car ils sont très faciles d’utilisation et leur nom est transparent.

WINWORD_2017-02-06_19-47-16

Pendant la formation « les différents calques », ces réglages ont été expliqués mais il est important de les indiquer sur la retouche photo.  Grâce à ces réglages, nous avons là aussi une panoplie assez grande pour pouvoir faire de la retouche photo. Leur utilisation est aussi très facile. Nous pouvons même constater qu’il y a des « filtres photo » à disposition.

Voici le format Pdf 5.Retouche photo

Voilà cette formation sur la retouche photo est terminée. Je précise que ces outils ne sont pas exclusivement réservés aux photographes et servent pour le graphisme ou autre… Ces acquis sont aussi très importants si l’on souhaite maîtriser Photoshop. Je vous invite maintenant à continuer votre formation : L’outil plume.

Dans la partie « présentations des outils » les outils de sélection ont été présentés, cependant, il y en a plusieurs. Il est donc important de savoir quand utiliser chacun de ses outils, et comment les optimiser. Cette formation a pour but de bien comprendre toutes les fonctions de sélection possible sur Photoshop et qu’il n’y ait plus aucun secret pour vous.

Outil rectangle de sélection

Si vous souhaitez un rectangle cliquez sur le plan de travail et faites glisser votre souris (en laissant enfoncé votre doigt).Si vous souhaitez un carré il suffit de faire la même action cependant, il faudra maintenir la touche Maj sur votre clavier.

Outil Ellipse de sélection

Si vous souhaitez une ellipse cliquez sur le plan de travail et faites glisser votre souris (en laissant enfoncé votre doigt).Si vous souhaitez un rond il suffit de faire la même action cependant, il faudra maintenir la touche maj sur votre clavier.

Outil Rectangle de sélection 1 rangée/colonne

Cet outil est rarement utilisé, et sert uniquement à créer une ligne horizontale ou verticale d’une épaisseur d’un pixel sur tout l’espace de travail.

 

La barre de Menu

WINWORD_2017-02-04_23-43-11

1 Choix de l’outil

Il permet de savoir quel outil on utilise et de le changer selon ce qu’on souhaite faire.

2 Ajouter/soustraire

(C’est le même principe que le pathfinder sur Illustrator si vous connaissez)

C’est simple si nous appliquons un des icônes sur 2 calques distincts nous garderons la partie blanche de l’icône.

Il y a 4 icônes :

c’est la sélection standard

Il permet d’ajouter une sélection dans une sélection par exemple : assembler 2 carrés

WINWORD_2017-02-04_23-07-27

Pour lui, c’est l’inverse qui s’applique, on supprime une sélection par une autre : supprimer une partie du carré par un autre carré

WINWORD_2017-02-04_23-09-22

Pour finir, ce dernier permet de garder la partie des deux sélections réunies : on assemble deux cercles.

WINWORD_2017-02-04_23-09-49
  1. le contour progressif

Il permet d’arrondir les angles et d’avoir une sélection progressive comme son nom l’indique.

WINWORD_2017-02-04_23-10-13
  1. style

Il y a 3 styles différents :

  • Le Normal qui permet de choisir le format de sa sélection à vu d’œil en glissant simplement sa souris
  • Proportions fixes, ou l’on met le ratio que l’on souhaite comme mesure par exemple 1 longueur pour 3 de largueur.
  • Puis nous avons la taille fixe qui nous permet de garde toujours la même dimension.
  1. Sélectionner et masquer

Cette option sera vue plus tard, mais dans la même formation ! Pour ceux qui ont l’habitude d’utiliser Photoshop cette fonction a remplacé l’ancienne fonction nommée « améliorer le contour »

C’est une sélection qui est assez grossière mais très utile pour les photos. On peut directement faire une sélection avec le pinceau.

Pour ce faire, il faut se mettre directement sur le calque ou apparaît l’élément que l’on souhaite sélectionner et appuyer sur la touche « Q » ensuite prenez le pinceau et créer votre sélection avec le trait rouge qui apparaîtra et représentera la zone de sélection puis rappuyer sur « Q » pour effectuer votre sélection

Exemple

WINWORD_2017-02-04_23-11-19

Nous avons trois sortes de sélections manuelles :

L’outil Lasso, L’outil Lasso polygonal, L’outil Lasso magnétique

La barre de Menu est la même que celle des outils vus au-dessus ! Nous devons seulement comprendre ces trois outils.

L’outils Lasso permet de faire une sélection assez grossièrement, en laissant enfoncé son doigt sur la souris.

WINWORD_2017-02-04_23-12-10

L’outil Lasso polygonal permet de faire une sélection grossière, mais composée de droites. Ainsi la forme de la sélection sera toujours géométrique. Personnellement, c’est l’outil que j’utilise le plus pour faire des sélections manuelles.

WINWORD_2017-02-04_23-13-02

L’outil Lasso magnétique ressemble au premier cependant, il ajoute un point d’ancrage a chaque fois qu’il y a un mouvement.

WINWORD_2017-02-04_23-13-47

Voici le Menu

WINWORD_2017-02-04_23-14-44

J’ai déjà expliqué leur utilité dans la première étape de la formation nommée « présentations des outils » je ne reviendrais pas sur son descriptif. Cependant, ces outils sont ceux qui sont les plus précis (mis à part la plume). Ces sélections rapides peuvent être encore plus précises avec « sélection et masquer… ».

WINWORD_2017-02-04_23-14-44
WINWORD_2017-02-04_23-15-27
WINWORD_2017-02-04_23-15-44

1 : C’est l’outil de base l’outil sélection rapide
2/3 : vous allez pouvoir jouer sur le 2 et 3 pour supprimer et garder des éléments beaucoup plus précis, c’est ceux qui nous intéressent le plus
4/5/6 : sont les outils que l’on a directement sur logiciel.

Exemple

WINWORD_2017-02-04_23-16-01

Nous souhaitons sélectionner le contour de cette femme, cependant des détails qui sont trop précis (comme les cheveux qui ressortent) vont nous obliger à utiliser « sélectionner et masquer … »

Et voilà le résultat après avoir joué avec les outils 2/3, on a pu enlever le fond sans élever les cheveux et ses détails.

WINWORD_2017-02-04_23-16-43

Voici cette formation en format Pdf:4.Les sélections rapides

Voilà, vous connaissez maintenant tous les types de sélection que vous pourrez trouver sur Photoshop (mises à part l’outil plume où je réserve une formation uniquement sur ce sujet). Les sélections sont très utiles afin de couper coller des objets et les déplacer, il ne faut pas négliger cet aspect. Je vous invite maintenant à continuer votre formation : Retouche photo.

Pour bien maitriser les calques il faut connaitre leurs particularités. Il est donc important de différencier chaque calque, même si on utilisera beaucoup plus certains que d’autres. Voici la liste des calques présent sur Photoshop : Standard, Réglage, Masque, Vectoriel, Remplissage, Objet dynamique, Texte

Le calque de réglage permet comme son nom l’indique de « régler » les calques précédents. Il peut régler la luminosité, les couleurs.. etc

Pour créer ce calque nous avons aussi deux manières possibles :

On peut appuyer sur le petit logo qui se situe en bas à droite de votre logiciel (pour la plateforme par défaut)

WINWORD_2017-02-04_15-26-17

Et voici la présentation de votre premier claque créé. Je vous rappelle que le système de calque est toujours le même, autrement dit sur cet exemple le calque créé et au dessus de l’arrière plan mis par défaut.

Pour organiser encore plus vos calques, des dossiers existent pour trier chaque calque dans chaque catégorie en gardant l’idée de superposition bien sûr.

Par exemple pour mon C.V j’ai trié mes calques en plusieurs dossiers pour mieux m’y retrouver.  On peut aussi mettre des dossiers dans des dossiers,  c’est le même principe que pour ranger ces documents sur son ordinateur pour être mieux organiser et mieux s’y retrouver.

WINWORD_2017-02-04_15-27-51

Il n’y a plus qu’à glisser les calques souhaités dans le dossier.

Le calque de réglage permet comme son nom l’indique de « régler » les calques précédents. Il peut régler la luminosité, les couleurs.. etc

Pour créer ce calque nous avons aussi deux manières possibles :

Appuyer sur ce logo du calque OU

Menu > Calques > Nouveau calque de réglage

WINWORD_2017-02-04_15-28-17

Nous avons ensuite plusieurs réglages qui nous sont proposés :

WINWORD_2017-02-04_15-28-37

Après les avoir activés nous avons donc un calque de réglages qui s’affiche :

Et pour régler ces réglages, il suffit de cliquer 2 fois sur le petit logo.

WINWORD_2017-02-04_15-29-05
WINWORD_2017-02-04_15-29-32

Et les paramètre de réglages s’afficheront.

Pour cette exemple, il s’agit des réglages du noir et blanc qui nous permettent de faire ressortir les couleurs « primaires »  plutôt en noir ou en blanc

Vous vous demander peut-être qu’est ce que le rectangle blanc à coté du logo ?

C’est aussi un autre calque qui se met automatiquement pour tous les calques de réglage : Le masque de fusion (ou masque de claques). Je vous invite à voir la suite pour comprendre !

Le masque de calque se créé dans le même principe que les deux premiers calques présentés sauf qu’il doit être créé dans un calque déjà présent.

WINWORD_2017-02-04_15-30-01

Le masque de calque n’est pas difficile à utiliser mais il faut comprendre son système :

Il permet d’enlever ou d’ajouter un élément, pour être plus compréhensible : un exemple sera plus judicieux.

Prenons une image :

WINWORD_2017-02-04_15-30-21 (1)

Comment faire ?

Après avoir appliqué un masque de fusion sur un calque, il faut sélectionner le masque afin de supprimer ou d’appliquer ce qu’il y a sur le calque.

Le masque fusion marche en deux couleurs : Blanc (pour ajouter l’élément) et Noir (pour supprimer).

Par exemple sur l’exemple d’au-dessus j’ai appliqué du noir sur les gouttes que je voulais supprimer.

WINWORD_2017-02-04_15-30-38

Pour mettre le noir (ou blanc), il suffit simplement de prendre l’outil pinceau et, si vous avez sélectionné le masque de fusion : le logiciel  vous proposera seulement les 2 couleurs possibles.

Ce masque est très utilisé est très utile car il s’applique à tous les calques (dont le calque de réglage comme on l’a vu précédemment) et il est très pratique pour enlever ou rajouter des éléments de calque, et si vous doutez de son utilité je vous recommande de parcourir les tutoriels disponibles sur le site et tout particulièrement le tuto: «  faire un poster ».

Le calque vectoriel est dans le même principe que le masque sauf qu’au lieu d’utiliser le pinceau on utilise la plume comme outil.

Pour créer un calque vectoriel, il faut d’abord créer un masque de fusion pour ensuite activer le calque vectoriel. Autrement dit, il faut simplement appuyer deux fois sur ce logo :

Donc si je résume l’activation du calque vectoriel doit ressembler à ça :

WINWORD_2017-02-04_15-30-57

(si le masque de fusion vous gêne vous pouvez simplement le supprimer par la suite !)

WINWORD_2017-02-04_15-31-06
WINWORD_2017-02-04_15-31-20
WINWORD_2017-02-04_15-32-04

j’ai donc importé cette photo, j’ai appliqué le calque vectoriel et maintenant, je souhaite avoir juste la petit boule poilue. Pour ça, je vais me servir de la plume en entourant grossièrement cette petite boule.

Et voilà le résultat. Personnellement j’utilise assez peu ce genre de calque, mais il peut être utile dans certains moments. Je ferai un tutoriel par la suite pour comprendre vraiment son utilité !

WINWORD_2017-02-04_15-31-35

Le calque de remplissage permet comme son nom l’indique de remplir une zone ou un calque sélectionner. Le calque de remplissage marche comme calque de réglage étant donné qu’il se situe dans le même menu. Comme je vous l’ai montré précédemment

WINWORD_2017-02-04_15-31-54

Ainsi, on peut insérer ici une couleur unie, un dégradé, un motif (déjà enregistrer sur le logiciel).

WINWORD_2017-02-04_15-32-04

L’utilité de l’objet dynamique, c’est que le format permet d’enregistrer les pixels même s’il y a des changements.

Par exemple prenons une photo

WINWORD_2017-02-04_15-32-28

Et maintenant, on fait pareil sauf que nous appliquons l’objet dynamique sur le calque afin qu’il enregistre les pixels. Pour créer ce format, il faut faire clic droit sur le calque et cliquer sur « convertir en objet dynamique ».

Puis nous répétons la même opération que précédemment

WINWORD_2017-02-04_15-32-50
WINWORD_2017-02-04_19-15-07

Le résultat n’est peut être pas très voyant sur cette exemple mais sur des images avec beaucoup de détails cela est très utile, surtout pour des photographes pointilleux.

Nous finissons par le calque le plus simple : le calque texte qui comme son nom l’indique est un calque exclusivement réservé au format texte.

Pour l’utiliser, il faut simplement utiliser l’outil texte :

Ce calque est souvent modifié par des «  options de fusions » . Ces options peuvent être activées en deux possibilités soit en faisant clic droit sur le calque en question  ou sinon par ce logo :

Ils peuvent modifier l’esthétique du calque, une partie sera consacrée uniquement à des modifications de calque avec le mode fusion. Voici quand même une liste qui résume brièvement les modifications que l’on peut effectuer.

WINWORD_2017-02-04_15-33-29

Voilà, vous connaissez maintenant tous les types de calques que vous pourrez trouver sous Photoshop. Les calques étant la base, ils vous seront utile pour d’autres logiciels comme Illustrator par exemple. Ces acquis sont ne sont donc pas négligeables. Je vous invite maintenant à continuer votre formation : Les sélections rapides.