Category: Non classé

Partie 4 – Structurer ses pages – Indesign

 

C’est là que tout commence, une histoire d’amour entre InDesign et vous-même… En effet pour tout débuter il faut structurer sa pages c’est essentiel de savoir ce que l’on souhaite mettre dedans afin de gérer au maximum son espace de travail.

C’est pour ça que les blocs de contenu existent  afin de structurer sa pages avant de mettre les éléments préalablement choisi. Un petit exemple de structure (dites-vous que chaque bloc peut contenir n’importe quelle format d’image/ de texte alors n’hésitez pas !)

Après avoir fait sa structure il reste à importer les éléments souhaités dans les structure préalablement mises.

Vient la deuxième partis : redimensionner.  Indesign a une particularité pour redimensionner ses images tout d’abord le il y a deux caques un calque de forme qui explique que l’image peut être vu dans cette zone et si vous cliqué deux fois, c’est là que vous allez pouvoir réduire ou agrandir voire incliner votre image. Ce n’est pas difficile mais il faut comprendre le fonctionnement.

Appelé « style de paragraphe et de caractère »ces fonctionnalités vont vous aider a optimiser encore plus votre travail en définissant à l’avance le font, la taille, la couleur de vos paragraphes ou de vos caractères ! Et son utilisation est vraiment facile. Je vous conseille d’effectuer cette manœuvre avant tout commencement de gros projet pour faciliter dans votre travail.

Pour afficher ces fonctionnalités : fenêtre >  « style de caractères « ou « style de paragraphe » . Vous pourrez jouer avec toutes les fonctionnalités avant de commencer quoique ce soit. Ensuite il vous suffit d’affecter ces réglages à vos prochains texte ! 

 

Partie 3 – Les Gabarits

Les formations

Partie 3 – Les Gabarits – Indesign

Les gabarits sont la fonctionnalités la plus pratique de InDesign. Pour faire simple, il permet de retranscrire un calque sur chaque pages, concrètement cet outil peut par exemple nous aider pour mettre les numéros de pages ou encore un élément que nous souhaitons garder sur plusieurs pages.

Mais où se trouve cet outil ?

Affichage > Fenêtre > Pages (les gabarits se trouveront en haut à droite de cet affichage). C’est bien caché n’est-ce pas ?

 

Le problème de cette fonctionnalités c’est que les éléments que l’on met en premier lieu son souvent en position de background… Mais pas de panique, la petite astuce et de créer un calque en plus et créer première les éléments qu’on souhait mettre sur notre pages et deuxièmement les gabarits que l’on voudra insérer sur la pages. Il est donc important de respecter cette règle sinon les gabarits ne seront pas voyant devant une illustration ou photos…

Mais alors comment ça marche ?

Rien de très compliqué il suffit de mettre ce que souhaitez, pour cette exemple nous allons mettre les numéros de pages qui sont très utilisés et pas très facile à trouver.

Tout d’abord, il faut créer une forme ou l’on peut insérer du texte, puis cliquer sur votre forme avec l’outils Texte.

 

À la suite de ça nous pouvons mettre le texte que nous souhaitons, dans ce cas présent : les numéros de pages. Pour ce faire : Texte > Marques >numéro de pages actives et voilà c’est fait 😊 pas si difficile ! si vous avez deux pages il suffit de répéter cette opération sur l’autres pages. Ensuite si vous voulez modifier votre font ou votre couleur, libre à vous de changer comme il vous plaira comme si c’était un simple texte.

Mais comment l’affecter à une page ?

Il suffit simplement de glisser déposer son gabarits sur son affichages de pages et le tour et joué ! Alors vous avez compris l’utilité du gabarits ??  Dites-vous, si vous regardez un magazine que tous les éléments qui se ressemble sur chaque pages doit surement être mis grâce à un gabarits. Comme ça on optimise notre façon de travailler.

Partie 2 – Bitmap / Pixel

Partie 4 – Structure

Partie 2 – Le Bitmap & le vector – Indesign

Indesign est vraiment l’outils selon moi qui est le plus facile à maîtriser si je devais le définir je ferais référence au logiciel office appelé Word mais avec des fonctionnalités plus poussés. L’apprentissage et la maîtrise de ce logiciel ne demande pas beaucoup de temps ni de trop d’attention. Cependant il y a quand même quelques outils à comprendre et à utiliser pour optimiser l’utilisation de ce logiciel.

Après avoir définir très succinctement les outils les plus utilisés pour ce logiciel, nous allons nous attarder aux diverses fonctionnalités qui séduit les designer dans l’utilisation d’indesign.

Il faut savoir que dans chaque logiciel nous essayons  d’être le plus fainéant possible. Jusqu’à la rien d’impossible ! Plus sérieusement, optimiser son temps de travail est essentiel et très appréciable, et cela commence tout d’abord par l’acquis de certaines connaissances.

Commençons par la différence entre le bitmap et le vectoriel qui sont deux technologie utilisé par ce logiciel.

Le bitmap est représenté par un tableau dit plus grossièrement sous forme de « pixel ». Vous me suivez ? Vous avez déjà connu cette photo de mauvaise qualité qui lorsque nous zoomons deviens des petits point carrés rendant le résultats plus ou moins précis… (cela dépend de sa définition et de sa taille). Ces images matricielle utilise le Bitmap et elle utilisé par exemple pour les photos, vidéos. Autrement dit Photoshop ou encore Lightroom sont des logiciels utilisant le bitmap pour le traitement ou la retouche photos.

D’un autre cotés nous avons un autre format de fichier : le Vecteur. Bon… je vais peut-être vous perdre mais cette technologie utilise aussi le pixel comme technologie mais de différente manière ! Pour faire simple, le bitmap fige les pixel ce qui rends ces carrés sur les photos alors que le vecteur calcul dynamiquement les pixel par le logiciel pour avoir la meilleur qualité possible sans apercevoir ne serait-ce qu’un seul petit carré ! Vous pouvez toujours chercher en zoomant mais… Bon courage, vous ne trouverai rien, l’image sera nette !

Mais alors quand pouvons nous utiliser ces deux formats me diriez-vous ?

C’est assez simple au final on utilise ¾ du bitmap car nous utilisons ce format pour la photo et la vidéo. Mais en ce qui concerne l’illustration c’est un autre débat. Les logos, les BD, les schéma, les graphiques, les cartes… autrement dit tout ce qui est de l’illustration il faut utiliser des vecteurs !

J’en viens maintenant à InDesign qui a la particularité de pouvoir accepter ces deux formats. C’est assez pratique pour la mise en page de pouvoir associé ces deux formats pour un meilleur rendu. Nous pouvons vectoriser notre texte (attention tout vectorisation de texte ne pourra plus être modifié par la suite), ou encore importer nos illustrations fait Illustrator (voir sur InDesign lui-même) et importer en même temps sous un autre format les photos retouché de Photoshop. Bon maintenant que le Bitmap et le vectorielle non plus de secret pour vous nous pouvons nous attaquer à la suite de la formation !

Partie 1 – Les outils

Partie 3 – Les gabarits

Partie 1 – Les outils – Indesign

L’outils le plus simple mais aussi le plus utilisé. Il s’apparente à l’outil de déplacement sur Adobe Photoshop. Il permet de sélectionner un élément (en appuyant dessus) pour le redimensionner (ctrl+T ou l’outil déformation) ou le changer de position.

 

Il permet aussi de sélectionner un élément dit « modifiable » comme les tracés (à la plume), les formes (rectangle triangle etc.) le texte vectorisé afin de pouvoir les modifier directement avec cette outils (cliquer sur les points figurants sur le tracé, c’est ressemblant à des petit carrés).

 

Il vous permet de modifier chaque pages sélectionnés (prenez l’outils, cliqué sur la page en question et  modifié ses dimensions).

Cet outil permet de régler chaque espace entre chaque bloc (et les extrémités de la page)

Cet outil permet comme sur Adobe Photoshop de pouvoir créer du texte et le modifier

Cet outil permet de stocker des images sur les transporteur de contenu (très utile pour bien s’organiser lorsque l’on a deux formats à utiliser). Il suffit de sélectionner l’image que l’on souhaite stocker et le glisser dans l’élément qui apparaît.

Cet outils permet d’importer le contenu mis dans la transporteur directement sur notre plage. On peut ainsi importer du texte, des formes, des images…etc

 

Cet outil est le même que sur Photoshop dont une partie est entièrement réserver à son utilisation je vous conseil de vous attarder un peu sur le sujet si vous n’êtes pas à l’aise avec.

Pour dessiner à la main des formes. Personnellement je l’utilise très peu. Il sera plus utile pour illustrator !

Petite astuce : cliquer 2x sur l’outils pour augmenter la fidélité sur tracé afin d’avoir un trait plus adoucis.

 

Cet outil permet de bien s’organiser sur notre page et de créer « un bloc de réservation » pour un texte ou une image (voir même des formes).

Tout simplement pour créer des formes…  C’est toujours appréciable la simplicité ! Mais ne sous estimé pas cet outils ils vous servira toujours !

Il permet de prendre un échantillon de couleur que l’on a pris avec le curseur sur le calque sélectionné. La couleur apparaîtra ensuite sur le petit carré en bas à gauche.

Il vous permet de couper une forme modifiable sur des point précis préalablement choisi.

Toujours dans la simplicité ces outils portent bien leurs noms, et ils sont très simple d’utilisation !

Les formations

 

2. Bitmap / Pixel

Créer sa propre carte de visite

Grâce à ce tutoriel que je vous ai crée, créer votre propre carte de visite n'aura plus aucun secret pour vous.

Tuto - Faire une carte de visite Pro - FACILE