Partie 2 – Le Bitmap & le vector – Indesign

Indesign est vraiment l’outils selon moi qui est le plus facile à maîtriser si je devais le définir je ferais référence au logiciel office appelé Word mais avec des fonctionnalités plus poussés. L’apprentissage et la maîtrise de ce logiciel ne demande pas beaucoup de temps ni de trop d’attention. Cependant il y a quand même quelques outils à comprendre et à utiliser pour optimiser l’utilisation de ce logiciel.

Après avoir définir très succinctement les outils les plus utilisés pour ce logiciel, nous allons nous attarder aux diverses fonctionnalités qui séduit les designer dans l’utilisation d’indesign.

Il faut savoir que dans chaque logiciel nous essayons  d’être le plus fainéant possible. Jusqu’à la rien d’impossible ! Plus sérieusement, optimiser son temps de travail est essentiel et très appréciable, et cela commence tout d’abord par l’acquis de certaines connaissances.

Commençons par la différence entre le bitmap et le vectoriel qui sont deux technologie utilisé par ce logiciel.

Le bitmap est représenté par un tableau dit plus grossièrement sous forme de « pixel ». Vous me suivez ? Vous avez déjà connu cette photo de mauvaise qualité qui lorsque nous zoomons deviens des petits point carrés rendant le résultats plus ou moins précis… (cela dépend de sa définition et de sa taille). Ces images matricielle utilise le Bitmap et elle utilisé par exemple pour les photos, vidéos. Autrement dit Photoshop ou encore Lightroom sont des logiciels utilisant le bitmap pour le traitement ou la retouche photos.

D’un autre cotés nous avons un autre format de fichier : le Vecteur. Bon… je vais peut-être vous perdre mais cette technologie utilise aussi le pixel comme technologie mais de différente manière ! Pour faire simple, le bitmap fige les pixel ce qui rends ces carrés sur les photos alors que le vecteur calcul dynamiquement les pixel par le logiciel pour avoir la meilleur qualité possible sans apercevoir ne serait-ce qu’un seul petit carré ! Vous pouvez toujours chercher en zoomant mais… Bon courage, vous ne trouverai rien, l’image sera nette !

Mais alors quand pouvons nous utiliser ces deux formats me diriez-vous ?

C’est assez simple au final on utilise ¾ du bitmap car nous utilisons ce format pour la photo et la vidéo. Mais en ce qui concerne l’illustration c’est un autre débat. Les logos, les BD, les schéma, les graphiques, les cartes… autrement dit tout ce qui est de l’illustration il faut utiliser des vecteurs !

J’en viens maintenant à InDesign qui a la particularité de pouvoir accepter ces deux formats. C’est assez pratique pour la mise en page de pouvoir associé ces deux formats pour un meilleur rendu. Nous pouvons vectoriser notre texte (attention tout vectorisation de texte ne pourra plus être modifié par la suite), ou encore importer nos illustrations fait Illustrator (voir sur InDesign lui-même) et importer en même temps sous un autre format les photos retouché de Photoshop. Bon maintenant que le Bitmap et le vectorielle non plus de secret pour vous nous pouvons nous attaquer à la suite de la formation !

Partie 1 – Les outils

Partie 3 – Les gabarits

tutur
Written by tutur
See tutur's latest posts

Leave a comment